DSC 8899 Small

Pouvez-vous vous présenter ?
Je suis Julien Guiborel, entraineur National à la Fédération Française de Cyclisme, en charge des féminines sur l’ensemble de la filière, c’est-à-dire les équipes de France de juniors à séniors, et je suis également sélectionneur pour les juniors et les espoirs.

Pouvez-vous présenter l’équipe avec laquelle vous êtes venu au CREPS ?
Nous sommes un groupe de 8 juniors qui ont entre 17 et 18 ans, et qui viennent de toute la France puisque c’est une sélection nationale. Pour la course à laquelle nous allons participer prochainement, elles seront divisées en deux équipes de quatre. Il y aura donc une sélection France, et une sélection France piste, car 4 de nos filles font partie du Pôle France de Bourges qui est plus orienté piste et endurance contre la montre. Au niveau de l’encadrement sur place, nous avons deux mécaniciens, un Kinésithérapeute, et un deuxième coach directeur sportif qui est également l’entraîneur du Pôle France de Bourges.

Dans quel cadre cette préparation s’inscrit-elle ?
Nous sommes ici pour préparer la 3ème manche de la coupe des Nations qui se déroulera au Nord des Pays-Bas. Cette compétition s’effectue sur 3 étapes du vendredi 12 au dimanche 14 avril sur des distances variant entre 70 et 80 km. Ce regroupement à Wattignies permet aux filles de rouler ensemble juste avant la course afin de pouvoir prendre des automatismes sur des stratégies collectives, notamment pour les sprints, et également de partager des moments de vie ensemble afin de créer une dynamique de groupe et de la cohésion avant la compétition.

Pourquoi avoir choisi le CREPS de Wattignies ?
Nous venons chaque année pour Gand-Wevelgem qui s’est déroulé il y un peu plus d’une semaine, nous logeons ici généralement la veille de la course. Donc nous sommes ici d’abord pour des raisons de proximité, mais aussi parce que nous apprécions de pouvoir utiliser le réseau Jeunesse et Sport dont je suis issu. Nous sommes toujours bien accueillis et pouvons également profiter des grands réseaux de transport de la métropole lilloise.

Comment se sentent vos coureuses à l’approche de cette 3ème manche ?
Elles se sentent bien, il y en a une ou deux qui ont besoins soins kiné pour des petites contractures ou des choses comme ça, mais si non elles sont très motivées. Elles ont déjà toutes faites une des deux premières manches de la coupe des Nations avec de plus ou moins bons résultats, et elles sont impatientes de découvrir cette course qui a lieu dans le pays du vélo par excellence.